Maisons autrement

Une maison en parpaings ou un appartement,
on connait; Et les alternatives ?

Maisons, huttes, abris écologiques, containers (….)

Yourtes

Cabanes dans les arbres

L’écoconstruction ou construction durable est la création, la restauration, la rénovation ou la réhabilitation d’un bâtiment en lui permettant de respecter au mieux l’écologie à chaque étape de la construction, et plus tard, de son utilisation (chauffage, consommation d’énergie, rejet des divers flux : eau, déchets).

Une écoconstruction cherche à s’intégrer le plus respectueusement possible dans un milieu en utilisant au mieux des ressources peu transformées, locales, saines, et en favorisant les liens sociaux. Une écoconstruction vise à consommer peu d’énergie pour le chauffage et l’eau chaude. Sa conception bioclimatique et la composition de ses parois lui permettent de consommer le moins possible d’énergies d’appoint, optimisant les apports solaires, les déphasages et une ventilation bien dimensionnée.

La-Cabane-dans-les-bois

Maisons Autrement

Maisons en palettes – Maisons de hobbit –   Kerterres – containers – Maisons en paille – Yourtes mongoles – Maisons perchées – Earthships (…)

Maison de hobbit

hobbit-house

« Dans un trou vivait un Hobbit »… Ainsi commence la célèbre histoire de Bilbo le Hobbit narrée par Tolkien. Et si demain notre habitat ressemblait à celui de ces petits personnages ? Une maison enterrée et confortable qui s’intégrerait harmonieusement dans le paysage et vous mettrait à l’abri de tous les changements climatiques annoncés. Crises écologique, économique et énergétique obligent, la culture troglodyte fait son grand retour et l’habitat enterré ou semi-enterré pourrait émerger comme une tendance durable. Très discrètement, les maisons protégées par la terre font des émules ici et là. Et les projets fleurissent.

Finies les factures de chauffage

Cette idée d’habiter la terre n’est pas vraiment nouvelle. C’est à la fin des années 60 que l’architecte Malcolm Wells développe ce concept. D’après lui, toute construction provoque un traumatisme pour l’environnement et la maison idéale devait se fondre dans le paysage, consommer ses propres déchets, suivre le rythme de la nature, résister aux intempéries tout en étant belle. Tout un programme, encore loin de nos schémas actuels. « Nous vivons dans une ère de bâtiments fastueux et de la maison trophée : grosse, laide, arrogante… Peu d’entre nous réalisent qu’il y a une méthode douce de construire », jugeait-il.

maison-hobbitCe type d’habitation présente en réalité énormément d’atouts : elle permet de limiter au maximum le chauffage – voire de s’en passer – en utilisant les qualités thermiques de la terre, dont la température constante est d’environ 13 °C. Aux beaux jours, le soleil pénètre dans la maison et la chaleur est absorbée vers la terre qui la restitue en hiver. La maison se chauffe ainsi dès l’automne avec l’énergie de l’été. Si les premières maisons enterrées étaient complexes, coûteuses et peu esthétiques, quelques visionnaires ont fait progresser la technique. Ainsi, dans les années 1980, en pleine période de choc pétrolier, John Hait, un physicien américain, a optimisé la température de la maison et sa protection contre l’humidité en développant une jupe isolante faite de bâches en plastique et de plaques en polystyrène. Comme un parapluie, elle empêche l’eau de s’infiltrer dans la terre entourant la maison.

Solidité

Patrick Baronnet, précurseur de la maison écologique et autonome depuis quarante ans, s’avoue séduit, mais s’interroge : « L’idée d’utiliser l’inertie de la terre est prometteuse, mais la mise en oeuvre paraît onéreuse et peu écologique. Cela nécessite des heures de tractopelle, qui consomme 70 litres d’essence par heure ! De plus, pour éviter l’éboulement, il faut une infrastructure très solide. Avec les toitures végétales très à la mode actuellement, quand il pleut, la charge de rétention d’eau est énorme et amène des complications. »

Une crainte que Philippe Delage a balayée : ce patron de PME a lancé son chantier au printemps dernier à Montgivray dans l’Indre. Depuis de longues années, il rêvait d’une maison bulle en voile de béton dans la lignée d’Antti Lovag, l’architecte du Palais Bulles de Pierre Cardin près de Cannes. Au fil des rencontres, il a décidé d’intégrer sa maison au paysage en la recouvrant de terre et d’utiliser la méthode du parapluie. Ce sera une des premières maisons à conjuguer ces techniques en France. Une vraie maison de Hobbit !

Projet franco-californien

Nul doute que Tolkien a également inspiré Antoine Strauss, jeune génie de 23 ans, pour sa future maison : enterrée, tout en rondeur, belle, lumineuse, mais surtout confortable et autonome – un prototype ouvert au public est prévu pour septembre 2013. Antoine a déjà réalisé une première maison « brouillon » comme il l’appelle. Un brouillon plutôt convaincant d’après ses visiteurs : en six mois, il a bâti tout seul une bulle de 35 m2, enroulée dans la terre, ne nécessitant aucun chauffage et isolée de l’humidité, le tout avec 3 000 euros ! Son plan en poche, Antoine sillonne les États-Unis à la rencontre des visionnaires de l’habitat, issus de trois courants qu’il veut réunir : les maisons bulles, les maisons enterrées et les maisons écologiques. « J’ai simplement repéré de brillantes idées de différentes techniques que je réunis, précise-t-il. Le cabinet californien Binishells, qui compte parmi ses adeptes des célébrités, vient d’accepter de me prêter main-forte pour construire mon prototype français. »

Dans la lignée des maisons bulles, les maisons Binishells ont des allures futuristes avec leur dôme en voile de béton. Elles utilisent une technologie écologique innovante qui permet de se passer de grues et de coffrages, grâce à de l’air propulsé. C’est donc cette technique qu’Antoine va coupler à l’habitat enveloppé par la terre. Il y voit plusieurs intérêts : double résistance procurée par le voile de béton et la forme ovale, rapidité de la technologie (deux jours pour créer la structure) et faibles coûts. « On creuse, on fait une dalle, on souffle une coque, puis on protège la maison avec la terre, on intègre la technique du parapluie et on laisse l’herbe pousser. C’est très simple, rapide et trois à cinq fois moins cher qu’une maison classique », résume le jeune entrepreneur. Et d’ajouter : « Il y aura une serre, avec de nombreux usages : production de chaleur, d’oxygène et de nourriture, zone tampon, jardin privatif, traitement de l’eau… Et il n’y aura plus de factures d’électricité grâce à des panneaux photovoltaïques ou en utilisant les calories de la terre ; ni de factures d’eau, grâce à un système de récupération. » Un bien joli conte, que n’aurait pas renié Tolkien. (source)

Maison de hobbit pour 3500 euros ( PHOTOS + VIDEO )


vide
Maison en palettes

Comment construire une maison avec des palettes


 

KERTERRE (Maison en terre)

Le concept de la kerterre est né avec pour objectif l’accès à la construction facilité :

  • par la mise en oeuvre innovante
  • par le coût très attrayant

Le mot KERTERRE est devenu propriété de l’entreprise kerterre en 2012 vue le succès et le besoin grandissant de ce type d’habitat. Les KERTERRES sont nées en Bretagne et furent  longtemps appelées « Igloo » car leur forme en est inspirée. Le mot ker en Breton nous rappel le chez soi, associé au mot Terre pour ne pas oublier le chez nous.

La simplicité de mise en œuvre :

  • La construction s’effectuant uniquement  à partir de fibres de chanvre brut, très longues et résistantes, mélangées à de la chaux. Utilisant cette pâte, la construction se fait en rond en forme de dôme.
  • Aucune utilisation de bois.
    =  moins d’entretien
    = moins de déforestation
  • Pas de matériaux de toiture (dôme de chanvre)
    = prise au vent très réduite
    = isolation optimum sans autre composante que le chanvre et la chaux
  • Pas d’armature
    = la clef de voûte offre une parfaite solidité
    = le chanvre en longues mèches arme la structure
  • Simplification des travaux sans outils, sans échafaudage, sans électricité, pas de problème d’accès, uniquement besoin d’un point d’eau.

Matériaux écologiques :    

– Le chanvre : Cette plante fut une des cultures très répandues  en Europe, très facile de culture et ne demandant pas d’engrais ni de pesticides.
= matériau plus renouvelable que le bois puisque chaque année une récolte est possible

–  La chaux : La chaux alliée au chanvre produit le phénomène de  carbonatation : plus les murs vieillissent, plus ils carbonatent ,  plus ils se transforment en pierre sans aucune intervention.
= maison entièrement compostable bien plus écologique que tout recyclage.

Performances thermiques :

  • Le chanvre est un des matériaux les plus rentables thermiquement dans les isolations proposées actuellement.
    = Les murs sont entièrement constitués d’isolant et rien d’autre.
  • Chaleur et respiration des murs en hiver.
  • Fraîcheur en été.
  • Matériau qui ne se refroidit  pas comme la pierre ou autre.

Esthétique :

  • La maison en forme de dôme s’intègre très facilement au paysage.
  • La forme ronde offre des qualités d’apaisement dans l’habitat.
  • La maison, intérieure comme extérieure peut être sculptée avec des formes souples qui diffèrent énormément des habitats à angle droits.

Coût :

  • Le chanvre brut, sorti du champ ne nécessite aucune machine pour le broyer, plus il est long plus la mise en œuvre est efficace.
    = très peu coûteux tant à l’achat qu’à l’entretien (expérience de 16 ans très concluante)
  • La chaux peut être utilisée  en faible quantité, alliée au sable peu coûteux.
    = Très peu d’entretien car il y a carbonatation donc solidification permanente et durable.
    = Pas de peinture mais un enduit en chaux, sable et fibre fine de chanvre.
  • A long terme, l’entretien est minime.
    = pas de traitement du bois, pas de peinture, pas d’isolant, pas de coupe- vent… aucun matériau altérable.
  • La facture de chauffage est extrêmement minime car l’épaisseur des murs est entièrement constituée  d’isolant chanvre et chaux (aucun passage de vent).
  • Après la pose du matériau de base,  la construction est terminée,  pas besoin de finitions.
  • La maison est évolutive, car des dômes peuvent être  facilement ajoutés au fil  des années et de la  situation  financière  de la famille. (source)

Vidéos

Liens divers « KERTERRE »


 

SUPERADOBE (Maison en sacs de terre)

▶ Aller à la page Super Adobe sur le site

vide
Aller à la page Super Adobe sur le site


 

vide

Je vis dans un container

maisoncontainervide

L’utilisation de containers en guise d’habitation est née d’un déséquilibre commercial car les containers voyageaient de l’Asie vers l’Europe et ne repartaient pas. Il fallait trouver un moyen de les recycler. La maison en containers est une maison modulaire économique, encore jeune et peu répandue en France, bien que le commerce des containers soit une activité beaucoup plus ancienne. Les tarifs sont généralement les suivants :

  • 1 300€ pour un container de 6 mètres d’occasion et à peu près 2 500 € pour le même modèle neuf.
  • 1 600 € pour un container d’occasion de 12 mètres et environ 4 000€ pour un neuf. (écocréation)

vide


 

vide

Maison en paille


 

vide

LES EARTHSHIP

Les earthships sont des habitations destinées à l’autoconstruction, dans le but d’édifier des logements respectant la nature à moindre coût, en se basant sur la récupération et le recyclage de matériaux. Page dédiée aux Earthships sur Alternative Autonomie

L’origine de ce type de projet remonte à la période hippie et la volonté de retour à la terre, durant les années 1970. Le promoteur des earthships est un américain, Michael Reynold. Le film Garbage Warrior retrace la vie de son inventeur ainsi que de la communauté qui l’entoure (http://www.garbagewarrior.com)

La construction des maisons reprend de nombreux matériaux qui peuvent être :

  • Pneus usés
  • Canettes en aluminium
  • Bouteilles en verre
  • Boîtes de conserve

Les constructeurs reprennent aussi des techniques utilisées depuis longtemps comme les murs en torchis ou autres. La vie de tous les jours au sein de ces earthships se fait elle aussi en adéquation avec la nature, le but étant l’autosuffisance: Les eaux de pluie sont récupérées, l’énergie est produite à l’aide de panneaux solaires, on utilise souvent des toilettes sèches, une serre est intégrée et utilise les eaux usées pour faire pousser des plantes comestibles etc.

Page dédiée aux Earthships sur Alternative Autonomie


 

vide

yourte

La Yourte mongole

Page dédiée aux yourtes
sur Alternative Autonomie

yourte3

Page dédiée aux yourtes sur Alternative Autonomie


 

vide

cabane-arbre

Maisons perchées


 

vide

vide

[Maisons Autrement] Liens & Ressources

Construire des habitats alternatifs:

vide

Rubrique « HABITAT » sur Alternative Autonomie :

triple-yy-aa-flag2
  1. Maisons autrement
  2. Véhicules aménagés
  3. Toilettes sèches
  4. Toiture végétale
  5. Village associatif alternatif

 

14 réponses à “Maisons autrement

    • Bonjour,
      Avec 3 années de retard…

      Je suis vraiment intéressé par la construction d’un Ecodôme pour ma petite famille, cependant j’aimerais savoir si autour de vous quelqu’un en a construit sur un terrain, avec demande de permis de construire, passage de toutes les formalités administratives et autres labels. Si oui , vous serait-il possible de m’aider à entrer en contact avec ces personnes?

      Très cordialement,

      Sylvian,
      De Nevers.

  1. Pingback: Maisons autrement | Le Fractal·

  2. Pingback: Village Associatif alternatif - Ecovillage-projet.com·

  3. Pingback: Ma maison de Hobbit – Introduction | Le domaine d'Ilsensine·

  4. Si j’habitais à la campagne, j’aurais fait construire une maison de hobbit pour ma petite famille ! Qu’est-ce que ça doit être agréable de vivre dans un si joli habitat… En plus, c’est 100 % écolo. Comme je vis en région urbaine, tout ce que je peux faire, c’est améliorer la performance énergétique de mon appartement. D’ailleurs, j’ai même fait un prêt perso [admin : édité pour cause de pub déguisée pour un organisme de prêt] pour le rénover. Je devais changer pas mal de choses, notamment l’isolation thermique, le chauffage et le lave-linge. Ce n’est pas fini, je compte investir dans des panneaux solaires dans un proche avenir.

  5. Bonjour, merci pour cette mine d’or. J’ai habité pendant plusieurs années en yourte. J’ai dû la démonter à cause de la bache extérieure qui devenait trop mûre. Je cherche des infos pour pouvoir en fabriquer une moi même,pourriez-vous m’aider? merci d’avance laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s