Commencer par le commencement

Direction sign under sunPartir de rien (ou presque): Mise en pratique révolutionnaire par le changement alternatif à son ancien mode de vie.

Décider de changer totallement sa façon de faire, son lieu de vie, ses habitudes … ça peut paraitre titanesque. On peut (et doit!) procéder par étapes, dans l’optique d’arriver, doucement mais sûrement, au degré d’autonomie souhaité.

Cette page va vous y aider, par le biais d’un exemple pratique, que je pourrais considérer être ma propre vision, en gestation depuis quelques années. Cela concerne nos besoins primaires: l’Habitat, l’alimentation et l’énergie.

Méthode: Nous allons nous mettre dans la peau d’une personne (de préférence un couple, ou une petite communauté) et faire comme si nous arrivions sur un terrain vierge pour nous y installer. Par quoi commencer ? Quoi privilégier ? Quoi abandonner ? Quelles techniques ? Matériaux ?

Le but de cette page est d’établir une carte de navigation dans ce site, où sont découvertes, compilées, répertoriées, toutes les techniques connues pour un « retour à la terre ». Etape par étape, au fur et à mesure des besoins, des liens pointeront vers des pages déjà créees, des articles déjà publiés, où l’explication et la mise en oeuvre seront exposés.

Comment ? Par le faire soi-même, ou l’autoconstruction, le système D, par le recyclage, le détournement: nous allons essayer de tout faire par nous-mêmes (sans ômettre de parler des solutions toutes prêtes, à acheter dans le commerce; mais nous privilégierons ici le faire soi-même)

C’est parti

Alternative Autonomie

Choisir un terrain

Le choix du terrain est primordial.

S’installer sur un terrain à la campagne pour y créer un projet de vie résiliente, un projet professionnel, une ferme en permaculture, installer une communauté humaine durable…Bref, chaque projet aura, bien sur, ses spécificités, et des besoins différents en terme de type de terrain. Mais d’une manière générale, on me demande souvent quels sont les points importants à vérifier pour faciliter son choix. Encore une fois la préparation (design du projet), de ce que l’on veut y faire est fondamental. Cela demande de se poser les bonnes questions et de chercher à bien se connaitre avant tout.

Mais essayons tout de même de résumer les points importants dans le choix d’un lieu en  10 étapes :

  1. La taille : Beaucoup de gens, après avoir passé de nombreuses années dans des cages à lapins en ville, sont à la recherche de grands terrains, voire très grands. Je crois qu’il faut être prudent avec cela. Pour assurer une majeure partie de la suffisance d’une famille de quatre personnes, les besoins en espace sont beaucoup moins importants que l’on croit.
    Il est tout à fait possible de loger le potager, un verger, quelques petits animaux dans un terrain de quelques centaines de mètres carrés. N’oublions pas non plus, que l’étude menée par l’Inra à la ferme en permaculture du Bec Hellouin est en train de prouver qu’un maraicher peut créer son emploi et vivre correctement sur 1000m2. Alors attention à ne pas se perdre dans un terrain de plusieurs hectares, que l’on aurait du mal à contrôler, qui indéniablement, serait plus utile, à une activité agricole et nourricière, par exemple.
  2. L’endroit : posez vous les bonnes questions et ne vous mentez pas! Malgré votre envie de retour à la nature et à la cohérence, ne vous retrouvez pas dans un trou paumé, si vous aimez tout de même un peu les activités liées à la ville, vous risquez de trouver le temps long! Choisissez donc bien votre zone : péri-urbaine, urbaine, rurale, côtière, forestière, montagnarde et que sais-je encore…Tout dépend de votre sensibilité : avez vous fréquemment besoin de services médicaux, sociaux, culturels, spirituels, sportifs, éducatifs, de transport (important à la campagne) ? Avez vous besoin de l’eau, électricité du réseau, etc…?
  3. La communauté : l’environnement social est prépondérant. Certaines régions Françaises sont plus enclins à l’accueil de nouveaux arrivants, et plutôt favorables à l’innovation en terme d’alternatives, d’autres pas du tout. Ces dernières sont souvent, comme par hasard, les endroits où la pression touristique et démographique est importante. On accueille pas un projet de vie alternative de la même manière dans le Limousin qu’à Vitrolles! Dans certaines régions, la population est déjà active et créatrice d’alternatives, et pour des nouveaux arrivants, c’est quand même agréable. Mais bon, il peut être tout à fait envisageable de vouloir faire bouger les régions réticentes aussi, mais sachez que vous devrez avoir le mental qui va avec! N’oubliez pas que les voisins proches sont vos futurs alliés!
  4. Le climat : haaa le climat! C’est tout de même aussi une des causes principales de déménagement pour certaines familles et ça peut se comprendre, je pense notamment à mes voisins Belges et Anglais ici! Posez vous les bonnes questions, de quoi ai-je besoin pour assurer mes jours présents et futurs? Aurais je sur ce terrain, assez de soleil, de vent à capter, mais aussi de précipitations ( hé oui, l’eau c’est la vie!). Qu’en est il des températures? Gels? Etc..Y a t’il des risques climatiques importants : inondations, incendies, sécheresse, niveau de la mer….
  5. Topographie : Quelle est la topographie du site? Comment les pentes sont orientées? L’altitude de celui-ci (-1°c tous les 100m grimpés). Y a t’il des vallées ou mini-vallées pour capter l’eau de ruissellement, peut on utiliser au mieux la gravité? Les fonds de vallée et les sommets de colline ne sont pas exposés de la même manière aux gels, froids, ensoleillement, etc… Y a t’il des microclimats significatifs?
  6. Géologie : argiles gonflantes, zones sismiques, etc…sont bien sur à prendre en considération. Mais pensez aussi à étudier comment est votre sol et sous-sol. Le sous sol peut renfermer des choses très utiles, argile pour la construction, pierres…Le type sol, quand à lui, est aussi fondamental, limoneux, sableux, argileux, drainant, dégradé, rocheux, acide, calcaire, zone humide… Correspond il avec ce que vous voulez en faire? La lecture du paysage environnant (patrimonial, agricole, naturel, etc..), et ce qui pousse sur le site (plantes bio-indicatrices) peut vous en apprendre beaucoup.
  7. Hydrologie : qu’en est il de l’eau sur ce terrain de vos rêves? Est elle accessible? Source, rivière, zone humide (attention aux zone protégées), nappes, pluviométrie, seront à étudier avec la plus grande attention.
  8. La réglementation : périmètres de monuments historiques, arrêtés préfectoraux, protection de l’environnement…
  9. Les pollutions : Renseignez vous sur les pollutions environnementales présentes dans le secteur, traitements agricoles intensifs, centrale nucléaire juste derrière, industries locales. Mais aussi sur l’historique de votre terrain : cultures, élevages, friches industrielles, etc…
  10. En vrac et un peu pour tout le monde : la biodiversité présente, la qualité des services publics, l’accès à internet, et bien sur le prix du foncier!!!

(Source)

Le terrain (suite) Combien il en faut ?  Pour tout aspirant autonomiste, le plus difficile est de loin de trouver un endroit se prêtant bien à la chose. Et pourtant, on a besoins de moins que ce que l’on pense en général : un hectare de terre (100mx100m : 10.000m2), en fonction de sa qualité et de la façon dont il est cultivé, peut nourrir entre 5 et 35 personnes !  Quand même 20 personnes en moyenne. Moi ça me laisse rêveur…  Seulement 500 m2  de potager sur une terre moyenne, et vous êtes presque sur de n’avoir jamais faim. C’est déjà un sacré progrès que de ne plus subventionner l’industrie agroalimentaire, les supermarchés et tous les autres intermédiaires, et en plus là, c’est des vraies tomates.

On peut l’acheter : La terre s’achète. Si on y réfléchit ça a l’air con, mais c’est comme ça ici depuis un moment. Le prix de terre classé «terre cultivable» est en moyenne de 5000€ l’hectare. Le prix varie beaucoup selon les régions. Il peut baisser à moins de 2000€ dans les régions complètement désertées comme le centre de la France et monter à plus de 10.000€ en région Parisienne ou en Provence. Dans d’autres pays d’Europe et du monde les prix sont ÉNORMÉMENT plus bas, si l’exil vous botte.

Voilà une petite carte des prix de la terre en 2011

Selon la loi, ces terres sont «inconstructibles », mais on à quand même le droit de construire sur chaque  parcelle jusqu’à six locaux de 20m2 maximum, sur lesquels on n’aura pas d’impôts. Là-dessus, comme on est un peu des bandits, on peut jouer avec la loi et se faire une maison de six pièces reliées entre elles par des couloirs couverts sans murs. C’est légal, le problème c’est qu’il faudrait faire beaucoup plus de murs et chauffer plusieurs pièces.

On peut aussi se faire classer comme structure touristique ou camping de moins de six place, quelques formalités en plus, mais  là il est tout à fait légal d’installer des « structures démontables » comme les yourtes, caravanes ou bungalow (le terme « démontable » est un peu vague, et là aussi on peut jouer avec) et surtout, il n’y a pas d’impôts.

On peut se la faire prêter : Il existe des associations qui peuvent vous permettre d’accéder à la terre pour vraiment pas cher, ou même gratuitement  si vous rêvez de vous reconvertir dans l’agriculture bio (Ou même mieux en permaculture) comme « terre de lien », « passerelle éco » ou « le mouvement colibri » (vous connaissez pierre Rabhi ?)

C’est des exemples, mais il y en a beaucoup d’autres, et si c’est ce que vous voulez, il est possible avec un beau projet bien fait d’avoir votre petit chez vous autonomiste et un travail assuré.

Si vous préférez vivre dans les bois, il y a aussi l’Office National des Forêts (ONF) qui peut vous accorder un bail allant jusqu’à 99 ans pour être le garde forestier. (Souvent pas payé, faut pas rêver non plus) Avec l’autorisation, et même l’incitation à être autonome.

On peut la squatter : Toutes les solutions d’avant sont totalement légale, il en reste pourtant une dernière qui elle, est illégale mais tolérée. C’est la solution qui est nettement la moins cher : le « squat » de villages, abandonnés après l’exode rural. Déjà parce qu’ils sont isolés au milieu de la campagne, en général en montagne dans des zones ou le tracteur ne passe pas bien et ou il n’y a pas de grandes étendues plates, personne ne viendra vous déloger tout simplement parce que personne n’a besoin de cette terre. Puis parce qu’il y reste des maisons encore debout, ou au moins les matériaux de construction qui vous seront utiles ensuite (pierres, tuiles, cuves, puits etc.)  Autant de choses en moins à trouver à construire ou à acheter faute de mieux.

Là un ancien article (…) parlant de squats de villages dans les montagnes espagnoles.

Et une carte très détaillée des villages abandonnés en Espagne, (Certains sont déjà habités par des communautés autonomes).

(source)

Alternative Autonomie

L’HABITAT

Arriver sur une terre pour y vivre, ok; sans « base arrière » ça va être dur. De notre côté, nous avons un poids-lourd aménagé (type camping-car) qui nous permet d’arriver sur place avec une maison déjà opérationnelle. Pratique.

(« Comment diable peut-on vivre dans un camion ?? » > Vous trouverez bientôt en ligne une description détaillée de l’aménagement-type d’un véhicule, poids-lourd ou véhicule léger, et ce du sol au plafond).

Sinon, quelles alternatives ? Maison en terre, en bois, yourte mongole, container …. beaucoup de solutions à vrai dire. Un point important: permis, ou pas permis de construire ? Voulez-vous vous désolidariser du système, au point de passer outre ? Des cas de destruction d’habitations écologiques sont recensés, il faut donc décider en toute connaissance de cause.

Permis de construire : dans quels cas est-il exigé ?

PC = Permis de construire
DT =  Déclaration de travaux
SHOB = Surface hors oeuvre brute
SHON = Surface hors oeuvre nette  (SHON=SHOB – surfaces à déduire)
HLL = Habitation Légère de Loisir

Selon l’importance des travaux, le propriétaire d’un terrain devra soit faire une déclaration préalable ou DT à la mairie, soit obtenir un PC. Il faut retenir que pour toute construction nouvelle un PC est obligatoire.

Travaux exemptés du champ d’application du permis de construire

  • les terrasses dont la hauteur au dessus du sol n’excède pas 0,60 mètre
  • s’ils ne constituent pas une clôture, les murs d’une hauteur inférieure à 2 mètres
  • le mobilier urbain implanté sur le domaine public
  • les modèles de construction implantées, temporairement dans le cadre de foires – expositions et pendant leur durée
  • les installations temporaires sur les chantiers et directement nécessaires à la conduite de des travaux ainsi que les installations temporaires liées à la commercialisation d’un bâtiment en cours de construction
  • les poteaux, pylônes, candélabres ou éoliennes d’une hauteur inférieure ou égale à 12 mètres au dessus du sol, ainsi que les antennes d’émission ou de réception de signaux radio électriques dont aucune dimension n’excède 4 mètres et, dans le cas où l’antenne comporte un réflecteur, lorsqu’ aucune dimension de ce dernier n’excède un mètre
  • lorsqu’ils sont souterrains, les ouvrages ou installations de stockage de gaz ou fluides et les canalisations, lignes ou câbles
  • les ouvrages d’infrastructure de voies de communication ferroviaires, fluviales, routières ou piétonnière, publiques ou privées, ainsi que les ouvrages d’infrastructure portuaire ou aéroportuaire
  • les statues, monuments et œuvre d’art, lorsqu’ils ont une hauteur inférieure ou égale à 12 mètres au dessus du sol et moins de 40 mètres cubes de volume
  • les ouvrages non prévus ci dessus dont la surface au sol est inférieure à 2 mètres carrés et dont la hauteur ne dépasse pas 1,50 mètres au dessus du sol.

Travaux exemptés de permis de construire mais soumis à DT

  • les piscines non couvertes
  • les constructions et travaux n’ayant pas pour effet de changer la destination d’une construction existante et :
    • n’ayant pas  pour effet de créer une surface de plancher nouvelle
    • ou ayant  pour effet de créer, sur un terrain supportant déjà un bâtiment une surface hors oeuvre brute (S.H.O.B.) inférieure ou égale à 20 m².
  • les travaux de ravalement
  • les châssis et serres dont la hauteur au dessus du sol est supérieure à 1,50 mètres sans toutefois dépasser 4 mètres, et dont la surface hors oeuvre brute (S.H.O.B) n’excède pas 2000 m² sur un même terrain
  • les classes démontables mises à la disposition des écoles ou des  établissements d’enseignement pour palier les insuffisances temporaires   d’accueil, d’une surface hors oeuvre brute (S.H.O.B.) maximale de 150 m² sous réserve que la surface totale des bâtiments de ce type n’excède pas 500 m² sur  le même terrain.
  • les travaux consistant à implanter une habitation légère de loisirs (H.L.L.) de  moins de 35 m² de surface hors œuvre nette (S.H.O.N.), ainsi que les travaux consistant à remplacer une habitation légère de loisirs par une nouvelle habitation  légère de loisirs de superficie égale ou inférieure
  • les reconstructions ou travaux à exécuter sur les immeubles classés au titre de la  législation sur le monuments historiques
  • les outillages nécessaires au fonctionnement de services publics situés dans les ports ou les aérodromes ou sur le domaine public ferroviaire
  • les ouvrages techniques nécessaire au maintien de la sécurité de la circulation  maritime, fluviale, ferroviaire, routière ou aérienne
  • en ce qui concerne le service public de télécommunications ou de télédiffusion ouvrages techniques dont la surface hors oeuvre brute ne dépasse pas 100 mètres carrés, les poteaux et les pylônes de plus de 12 mètres au dessus du sol et les installations qu’ils supportent
  • en ce qui concerne les installations techniques nécessaire au fonctionnement du service public de distribution de gaz, les postes de sectionnement, de coupure, de détente te de livraison
  • en ce qui concerne les installations techniques nécessaire au fonctionnement du service public de distribution d’énergie électrique, les ouvrages et accessoires des lignes dont la tension est inférieure à 63 kV et dont la longueur ne dépasse pas 1 km, ainsi que les postes de transformation dont la surface au sol est inférieure à 20 m² et la hauteur inférieure à 3 m.
  • en ce qui concerne les installations techniques nécessaire au fonctionnement des services publics d’alimentation en eau potable et d’assainissement, les ouvrages techniques dont la surface au sol est inférieure à 20m² et la hauteur inférieure à 3 mètres

Conclusion: On pourra retenir qu’on  pourra construire une surface habitable sans PC mais avec DT  :

  1. sur un terrain supportant déjà un bâtiment une surface de S.H.O.B. inférieure ou égale à 20 m²
  2. une H.L.L. de  moins de 35 m² de S.H.O.N.  Le cadre de la H.L.L. est très précis (voir la définition plus bas) à cause de la taxe d’habitation. Il faut quand même voir la mairie pour cela.

Peu de possibilités donc pour construire sans P.C., mais il ne faut pas croire que l’obtention d’un P.C est difficile. La demande peut être faite par soit même à condition encore une fois que le projet ne dépasse pas 170 m2 de S.H.O.N.  Sinon il faut avoir recours à un architecte.

Définitions
Les surfaces
La SHOB est égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau de construction, y compris l’épaisseur des murs. La SHON est égale à la surface hors oeuvre brute de cette construction, après déduction :

  1. des surfaces de plancher hors oeuvre des combles et des sous-sols non aménageables pour l’habitation ou pour des activités à caractère professionnel, artisanal, industriel ou commercial ;
  2. des surfaces de plancher hors oeuvre des toitures-terrasses, des balcons, des loggias, ainsi que des surfaces non closes situées au rez-de-chaussée ;
  3. des surfaces de plancher hors oeuvre de bâtiments ou des parties de bâtiments aménagées en vue du stationnement des véhicules.
  4. des surfaces de plancher hors oeuvre des bâtiments affectés au logement des récoltes, des animaux ou du matériel agricole ainsi que des surfaces des serres de production ;
  5. d’une surface égale à 5 % des surfaces hors oeuvre affectées à l’habitation telles qu’elles résultent le cas échéant de l’application des a, b et c ci-dessus.
  6. sont également déduites de la surface hors oeuvre, dans le cas de la réfection d’un immeuble à usage d’habitation et dans la limite de cinq mètres carrés par logement, les surfaces de planchers affectées à la réalisation de travaux tendant à l’amélioration de hygiène des locaux et celles résultant de la fermeture de balcons, loggias et surfaces non closes situées en rez-de-chaussée
HLL : Habitation Légère de Loisir
Construction à usage d’habitation, destinée à l’occupation temporaire ou saisonnière, démontable ou transportable et dont la gestion et l’entretien sont organisés et assurés de façon permanente dans un cadre collectif, notamment les maisons familiales et les villages de vacances. (source)

PAGE EN CONSTRUCTION

MISE EN LIGNE COURANT AOUT/SEPTEMBRE 2013

 

A VENIR:

On arrive sur un terrain vierge, que fait-on ? quoi privilégier ? Qu’est-ce qui peut attendre ? Mise en place d’un habitat, de sources d’énergie, d’un système d’eau (récupération, filtration naturelle, distribution (..) et des installations diverses pour la culture et l’élevage.

5 réponses à “Commencer par le commencement

  1. Salut à tous, je suis très intéressé par toutes vos infos, une idée, un projet, un objectif c’est bien, mais avec un cheminant claire d’avance, c’est encore mieux. J’attends la suite avec impatience.^^ Déjà merci pour tout ça.

    • Oui, c’est frustrant même pour moi de ne pas avoir déjà « terminé » le site🙂 Tellement de choses à réaliser en même temps ! Sans parler des 4-5 autres sites gérés en parallèle ! Merci pour vos encouragement. Le mauvais temps aidera sûrement à s’y remettre

  2. bonjour je suis parisien et je commence l’apiculture et pour suivre je vais faire des stages de permaculture. mon reve serait de construire une earthship, voila, bonne journée. en tout cas merci pour toutes ces infos, c’est genial!

  3. Pingback: Nos ressources documentaires – Vers l'écolieu·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s