Vivre autrement

« Vous ne pouvez pas créer un futur si vous ne savez pas qui vous êtes et d’où vous venez. Notre existence, la vie… tant de questions sans réponse. Expliqué d’abord par la religion, par Dieu, puis la science qui a mené à ce besoin de contrôle et de possession de la terre. N’arrivons nous pas à un nouveau virage de nôtre ère ? Les hommes changent, le monde bouge… vous, nous, sommes en constante évolution , des tentatives de vivre autrement se multiplient.« 

Réalisation: Jonathan Mas
www.youliveweshoot.com »

 

 


Sans attendre, certains ont déjà mis en pratique un autre mode de vie. Loin des critères habituels de la vie vantée dans les magazines, ils ont choisi de vivre à leur façon, simplement. Certains ont franchi le pas, ils ont tout bâti en harmonie avec la nature, d’autres en ont rêvé. Entre expériences fragiles, qui se poursuivent et utopies avortées, chacun de ces parcours de vie, donne à tous, l’occasion de réfléchir à nos critères de vie.

Teaser du documentaire
Vivre Autrement


 

TRAILER LA ROUTE / THE ROAD

Et si vos enfants décidaient demain de prendre la route pour fuir un système éducatif, social et politique auquel ils n’adhèrent pas ? C’est le cas de 50 000 jeunes Français aujourd’hui. Ils ont entre 15 et 25 ans, et ils ont choisi l’errance. Ils parcourent l’Europe, en camion, au gré des petits boulots saisonniers, de la manche, et du hasard des rencontres. En rupture familiale, ces adolescents sont issus de la France moyenne, celle des campagnes et des zones péri-urbaines. Ils auraient pu avoir un toit, étudier et trouver un emploi. Mais ils ont choisi de vivre en bande, sur les routes, avec leurs chiens. Ils ont fait vœu de pauvreté, et prétendent construire un autre modèle de vie en société, libertaire, nomade et hédoniste. Rencontre avec une jeunesse qui se cherche et essaie tant bien que mal de vivre « autrement ».

Sur le site d’une ancienne base militaire secrète désaffectée, des gens de partout au Québec se sont rassemblés pour passer à l’action. Soucieux de leur impact sur l’environnement et rejetant les principes de notre société de consommation, ces pionniers partagent le même rêve de vivre en harmonie avec la nature qui les entoure. C’est ainsi qu’ils ont fondé l’un des premiers et plus vastes écovillages au Canada, sur le site du Mont Radar. Plutôt que de s’isoler, leur projet de microsociété prône l’ouverture sur le monde et cherche à devenir un modèle de développement durable. Cette jeune communauté rurale vit au quotidien ses alternativesécologiques en proposant des solutions concrètes telles que le compostage, le recyclage de matériaux pour la construction, l’économie d’énergie, une réduction de la consommation et en soutenant une agriculture biologique et locale. Avec leur objectif « zéro déchet », ils cherchent à résoudre les problèmes d’épuisement des ressources et de surconsommation dont notre société est victime.

Les Productions Cinémachine travaillent présentement au développement de la suite du projet, soit la réalisation d’un moyen métrage documentaire portant sur la vie dans les écovillages au Canada.


Les Sentiers De L’utopie

À la fois récit de voyage et documentaire fictionnel, ce livre-film propose un périple réel et imaginaire, une exploration lancée à la de formes de vie postcapitalistes. Pendant près d’un an, Isabelle Fremeaux et John Jordan sont partis sur les routes européennes, à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi, ici et maintenant, de vivre autrement. Ils ont partagé d’autres manières d’aimer et de manger, de produire et d’échanger, de décider des choses ensemble et de se rebeller.



Et aussi :

  • Reportage sur une nouvelle manière de vivre
  • Autrement Il existe des structures alternatives, quelques lieux différents peuplés de personnes qui cherchent à vivre autrement. Elles se regroupent et créent des endroits qui défient les structures institutionnalisées, les modes d’organisation formels… et occasionnellement la loi. En Suisse, on compte de nombreux centres autogérés. Ce documentaire en présente trois: Espace Noir, Saint-Imier, L’Espace Autogéré, Lausanne et le Centre Autonome de Jeunesse, Bienne. Réapprendre à vivre avec les autres est peut-être le point commun qui unit les personnes rencontrées dans ce documentaire. Cette volonté engendre son lot de difficultés, de contradictions et de désillusions. A plusieurs, il est difficile de s’entendre, de parler, de réussir à s’accorder. Les moyens divergent pour parvenir à cet idéal communautaire et égalitaire que certains qualifient d’utopique: engagement politique, modifications des structures de travail, création de lieux communs, expression artistique et toute autre forme de solution visant à réinventer le rapport à la société.
  • Ma liberté en cabane – Le coeur de la yourte Vivre autrement et surtout vivre la vie dont on a rêvé, c’est le thème commun aux deux reportages au programme de « Passe-moi les jumelles » cette semaine. Dans le premier, nous ferons la connaissance de Sandrine qui a quitté la ville et son métier de fleuriste pour assumer seule, à l’âge de 24 ans, la gestion de la cabane de Diablerets. Le deuxième nous invite à découvrir un mode de vie bien différent du nôtre, celui des nomades de Mongolie : la yourte, une habitation qui rappelle, d’après ses habitants, le ventre de la mère… Quant à la balade, elle prend des allures de Grand Nord avec une escapade en chiens de traîneaux dans les Franches-Montagnes.
  • Entre miel et terre Ils avaient vingt ans. Ils voulaient « vivre autrement », vivre loin de la folie des hommes, vivre en harmonie avec la nature. Pour cela, Sam, Manu, Florent et Thimothée avaient choisi l’apiculture. Dix ans plus tard, ils sont apiculteurs. Dix ans plus tard, ils composent avec les contraintes économiques, familiales, font face à la mortalité toujours plus grande des abeilles, et, déjà, sans le savoir, inventent une nouvelle ruralité…
  • QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ? Crise économique, crise politique, crise de confiance, de plus en plus de Français doutent et cherchent ailleurs de nouvelles solutions. Aux États-Unis, certains imaginent de nouveaux modèles de société, comme dans le désert du Nevada où éclot chaque année une ville éphémère de 60 000 personnes. L’argent y est banni, tout y est gratuit, seuls règnent le troc et l’échange. En France, c’est un ouvrier, devenu paysan puis philosophe, qui fait figure de modèle. En écoutant Pierre Rabhi, beaucoup apprennent à vivre autrement. Parti s’installer dans les Cévennes il y a 50 ans, le père de la « sobriété heureuse » avait imaginé bien avant les autres ce retour à la terre qui séduit de plus en plus. D’autres enfin, croyants ou non, choisissent de se retrouver loin du tumulte, sur les routes de Saint-Jacques-de-Compostelle. Complément d’enquête sur ces Français qui cherchent et parfois trouvent leur bonheur, loin des rêves de richesse de la société de consommation.

▶ Autour de la décroissance, sur le site:

Alternative Autonomie
  1. La vie en abondance
  2. La sobriété heureuse
  3. Solutions locales pour un désordre global
  4. Consommation responsable
  5. DIY (« do it yourself »: « Fais-le toi-même »)
  6. Changement de modèle de société: l’économie basée sur les ressources
  7. Villes en transitions
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s