Butte de Culture Autofertile ou « Hugelkultur »

hugelkulture-article-main
Technique inspirée par
Sepp Holzer, pionnier
autrichien de la permaculture


anime-butte

La Hugelkultur Le principe de base consiste à entasser des troncs d’arbres, des bûches, des branchages, des feuilles et des brindilles sur une hauteur d’au moins un mètre et de les recouvrir de terre et de paille. Certaines essences d’arbres comme le cèdre, le noyer ou les conifères sont contre-indiquées.  Il est également conseillé d’intégrer des déchets de cuisine et du fumier riche en azote pour équilibrer le rapport carbone/azote du mélange, surtout pendant la première année.  Le processus naturel de décomposition du bois va s’étaler sur plusieurs années.  Tout en se décomposant, la matière organique libère de l’engrais naturel en diffusion lente tout en fonctionnant comme une éponge.  Le bois non seulement absorbe l’humidité contenue dans le sol mais la conserve.  Cette technique est popularisée par plusieurs activistes de la permaculture comme l’autrichien Sepp Holzer ou l’américain Paul Wheaton (source)

Butte de Culture Autofertile avec du bois (« Hugelkultur »)

Encore un exemple de création d’une butte de culture autofertile « Hugelkultur » vite réalisée avec du bois qui était pourri sur place. La butte de culture autofertile est un moyen idéal pour utiliser les matériaux présents sur place: bois, tronc, branches, jeunes, frais, secs ou pourris, peu importe, un mélange sera parfait. Au lieu de faire du feu pour vous débarrasser du bois, utilisez-le pour nourrir vos cultures pour de nombreuses années, et en même temps donner une profondeur de racine inégalable pour les racines des plantes dans une terre ameublie et qu’il n’y a jamais besoin de bêcher!

Comment créer une butte « hugelkultur » optimale pour petits espaces

Hugelkultur – the ultimate raised garden beds

Le Bois Raméal Fragmenté Derrière cette terminologie énigmatique se dissimule une méthode de culture agricole à la fois passionnante et particulièrement innovante.  Elle consiste à apporter à la couche supérieure du sol un mélange végétal issu de branches et rameaux fraichement broyés, et ce sur une épaisseur de 3 à 5 cm (ou plus pour les sols très dégradés).  Le broyat utilisé est essentiellement constitué de jeunes branches et de rameaux (d’un diamètre inférieur à 7cm) issus de variétés de feuillus, voire de résineux à hauteur de 20% maximum.  Originaire du Canada, cette technique favorise naturellement le développement d’un sol riche en humus tout en supprimant la nécessité de labourer, d’irriguer, de désherber ou de fertiliser artificiellement avec l’apport d’intrants phytosanitaires.  La technique du Bois Raméal Fragmenté est évidemment étroitement liée à la méthode de compost de broussailles développée par Jean Pain au début des années 70 elle-même inspirée de la méthode dite du « compost des templiers ».  C’est Jacky Dupéty, un ingénieur agronome passionné de jardinage biologique qui popularise la méthode en France depuis quelques années (source)

Philip Forrer
« Le Jardin du Graal »

p-forrer image de Semons des graines, créons l'abondance

Advertisements

9 réponses à “Butte de Culture Autofertile ou « Hugelkultur »

  1. Bonjour, Je commence à faire pas mal de buttes, j’aimerais savoir, comment faire pour éviter d’enlever la terre de chaque motte d’herbe à la main après avoir bêché la parcelle. Est-ce-que mettre les mottes d’herbe à l’envers sur le bois enfouis est judicieux ?
    Merci d’avance.

    • Je n’ai personnellement pas encore mis en pratique cette excelente technique ! Mais de prime abord, ça peut favoriser la repousse d’herbe indésirable, comme cela peut contribuer à enrichir le monticule ?
      (attendons l’avis d’experts ^^)

  2. Bonjour Arnaud,
    Moi aussi je me suis lancée ! Je n’ai pas creusé avant de faire la butte. J’ai tondu très court l’endroit où je devais installer les buttes et j’ai mis du carton, avant de commencer les buttes.
    Avec l’utilisation d’un paillis surtout du BRF, normalement les herbes ne devraient pas repousser. Si elles repoussent, on les arrache plus facilement car la terre est plus légère et on les laisse sur la butte et cela contribue à l’enrichir.
    Bon courage !
    Carine

  3. Pingback: Préparation des cultures de 2015 | Les tissages de Micky·

  4. Pingback: Toucher aux buttes ! | Cultiver Autrement·

  5. Pingback: A l’Ouest, y a du nouveau. | loralorapas·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s